lab

Etre né quelque part ( 2 )

  • Être né quelque part, 
  •  Être né quelque part,  pour celui qui est né , 
  • C'est toujours un hasard......
Il y a treize ans j'avais découvert le festival photo de la Gacilly ayant pour thème Peuples et Nature et par la même occasion le photographe Sebastio Salgado.
 Une partie de son oeuvre couvre notamment  les communautés amazoniennes vivant toujours  comme isolées du monde de la civilisation , perpétrant leurs coutumes et traditions , êtres naturels au sein d'un écosystème - (Projet Amazonia).
A l'époque je menais déjà des recherches sur les chasseurs (cueilleurs) et leur environnement, certes en préhistoire, mais la temporalité n'exclue pas la convergence des modes de vie et  la gestion des ressources dans un milieu naturel pour des peuples ayant comme culture une organisation familiale ou tribale . D'où mon intérêt.

Hors j'ai lu que cette année S.Salgado exposait de nouveau à ce festival. Ce qui est une raison suffisante (pour moi) pour orienter la destination de mes vacances.

Être né quelque part,  pour celui qui est né , C'est toujours un hasard...

Si je reprend de nouveau ce refrain , c'est qu'il résonne souvent en moi . Notamment quand je découvre ces photos, ces peuples situés sur un point de la planète, ici et là , si différents et si semblables pourtant.
Un instant, ouvrir notre esprit, s'ouvrir sur le monde...

La particularité de ce festival , c'est de découvrir les images en exterieur, en déambulant dans les rues, accrochées aux murs ou sur un sentier dans un bois comme le sont celles de Salgado. La lumière transperçant les frondaisons animant les illustrations ajoute une "réalité", bien qu'elle soient en noir et blanc... C'est somptueux et poignant...
Je n'ajouterai pas de superlatifs car comme toute experience , il est vain de se perdre en explications d'émotions personnelles.

Ceci dit, si vous passez non loin de la Gacilly, arrêtez-vous et découvrez...

Je commencerai par une série de Sebastio. ( un autre article présentera d'autres photographes )

 

4 comments:

chinou a dit…

Photos prenantes, poignantes, parlantes parfois tristement qui nous en apprennent sur ce peuple mais aussi sur la personnalité du photographe.

Menalque a dit…

Heureux que cela vous touche. Nous avons oublié tant de choses qu'il est difficile de s'éveiller (se réveiller devrais je dire) mais certaines flammes ne s'éteignent jamais vraiment. Il est si important de transmettre d'où nous venons...

Françoise a dit…

Lorsque notre fils vivait en Bretagne, près de Vannes, nous avons fait plusieurs fois le festival de la Gacilly, nous y passions la journée, j'aimais beaucoup. Maintenant, c'est un peu loin de chez nous pour y aller juste pour une journée (800 kms). Mais je crois t'avoir déjà raconté tout ça (?).
Merci pour toutes ces photos très belles et significatives d'autres coutumes, d'autres mœurs, si éloignées des nôtres. Ces gens doivent certainement vivre le moment présent et ne pas se prendre la tête avec des questions existentielles...
Bonne soirée, Menalque, et bon week-end. Moi, je pars quelques jours dans ma petite maison bleue... → Ma maison bleue

Menalque a dit…

Oui je me souviens que tu connaissais bien ce lieu. En espérant que ces photos te ravivent de bons instants. Bon week...