lab

Accueillir la faune au jardin

Accueillir la faune au jardin est facilité en multipliant ses plantations. Mais aussi en laissant pousser les plantes indigènes même les "indésirables". Dans un jardin, la plupart du temps, la sélection va se faire selon l'esthétisme et en second lieu les senteurs. Sortir de ces deux critères pour favoriser la présence d'animaux demande juste de jouer sur leur emplacement...

Ne pas vouloir tout maîtriser, laisser coins ou recoins, masquer par des végétaux plus grands une plante peu avenante. Avoir un petit carré sauvage peut ajouter une belle touche à un jardin très ordonné.
 Il ne s'agit pas de se laisser envahir mais de prendre conscience que certaines petites bêtes favorisent l'arrivée d'autres visiteurs.
 Je pense sincèrement qu'un jardin est magnifié par la présence de ses hôtes même s'il engendre la prédation car effectivement plus il y a d'individus multiples au jardin, plus elle fera jour. Mais c'est le propre de la viabilité d'un écosystème.

Tous les ans, dans le jardin, repoussent des bouillons blancs. Ils ont toujours été là et ont fiers allures avec près de deux mètres de hauteur. Les feuilles finissent par se faire dévorer par des chenilles ( brèches ou cucullie du bouillon blanc) qui deviendront des papillons de nuit.

En laissant pousser du séneçon dans le jardin-prairie a permis d'accueillir les chenilles de l'écaille du séneçon, futur papillon noir aux bordures rouges.

Garder un arbre mort permet d'attirer des insectes et nourrir les oiseaux (tels ces pics).

Et un nouveau visiteur que j'entend régulièrement mais que je ne voyais pas: la chouette chevêche.
Avec le jardin prairie, je vois souvent se faufiler des petits mammifères dans les herbes hautes (mulot, campagnol, etc...). Je pense qu'elle a choisi le lieu comme garde manger. Je la vois tous les jours depuis peu ,se poster dans la haie du fond ou sur un mur puis plonger. Tant que je n'approche pas trop près, elle ne bouge pas mais me fixe quand même...

Petit tour des visiteurs de ce début de mois. 
Un intrus s'est glissé. (Il s'agit d'un résident familier.) Lequel est-ce?
Credit Photo écaille du Senéçon : Philippe Mothiron ( site : Lepinet.fr )

4 comments:

Agatheb2k a dit…

Tu as oublié de mentionner la tortue, c'est donc elle l'intruse, bravo aussi pour ta belle collection de chenilles !

Menalque a dit…

Oui. elle essaye de se cacher mais la discrétion n'est pas son fort ;)

Petits Bonheurs a dit…

Tu habites une région de France qui te permet d'avoir de nombreux locataires.
Tout est beau et fait grand plaisir à voir.

Menalque a dit…

Merci. Chaque paysage offre son panel faunistique mais il est vrai que les régions qui recoivent plus de précipitations favorisent la diversité. L'aridité offre peu d'accueil et nous devons revoir notre relation avec l'Eau...